Skip to main content

Comprendre le problème avec le filtrage de Free

Ces jours-ci, vous avez dû en entendre des vertes et des pas mûres sur Free, qui a mis en place (uniquement sur ces nouvelles box Revolution, et donc uniquement une partie de ses abonnés) une option activée par défaut qui permettait de masquer la publicité sur tous les sites Internet (sauf ceux dont il est actionnaire ou partenaire tel quel Le Monde ou Dailymotion). Suite au recadrage de la ministre Fleur Pellerin, Free a désactivé son filtre.

Filtrage, censure, mise en péril du modèle économique de millions de sites web, mise à mal de la neutralité du web… sont les mots que vous avez dû entendre pour qualifier cet acte. Certains articles prennent carrément la défense de Free ; d’autres le désignent comme l’ennemi public numéro un et n’hésitent pas à le lyncher sur la place publique.

Bien que je ne sois pas favorable à ces techniques de filtrage, je trouve qu’il est important de regarder l’affaire d’un oeil objectif afin de bien en comprendre les tenants et les aboutissants, et ne pas s’en tenir à la vision manichéenne « Free cay le bien, la pub nous fait chier » vs. « Free cay le mal, ils censurent le web et tuent des sites webs et des bébés phoques ».

Et j’ai pour cela trouvé deux articles très intéressants : le premier provient de Blogmotion (Pourquoi Free n’aurait pas dû filtrer les publicités), et le deuxième provient de Slate (Free et le filtrage de pubs par défaut: pour ceux qui n’ont pas tout compris).

Je vous suggère la lecture de ces deux articles afin de bien comprendre le problème de fond 🙂 l’article de Blogmotion donne, au passage, les détails techniques de ce filtrage, pour les curieux.

Lire la suite

ACTA rejeté par le parlement européen

Le parlement européen rejette ACTA
Les députés du parlement européen célèbrent la victoire

C’est désormais officiel : le traité ACTA ne sera pas appliqué en Europe. Il a été massivement rejeté le 4 Juillet 2012, par 478 voix contre 39 au parlement européen.

Pour rappel, l’ACTA était un traité dont les bases ont été posées secrètement en 2007 par les dirigeants de plusieurs pays. Il aurait eu de graves conséquences pour les citoyens du monde entier, non seulement dans le domaine informatique, mais également concernant l’accès aux médicaments et l’agroagriculture. En voici les grandes liges, par Act Up-Paris:

Depuis trois années, les pays riches négocient un accord dont le prétexte est la lutte contre la contrefaçon. Prétexte car, tout en affirmant lutter contre les faux sacs à main Vuitton, ACTA menace des libertés essentielles, comme la possibilité de recourir à des logiciels libres, la neutralité du net ou l’accès aux médicaments génériques.

Néanmoins, sur les 39 députés ayant voté en faveur d’ACTA, 21 sont français, comme le rappelle Numérama et PC INpact. Bravo.

Liens : Framablog, La Quadrature du Net, Numérama, Clubic

Maintenant, il faut être vigilent par rapport à INDECT, programme européen débuté en 2009 (idem, sous le plus grand silence) et courant jusqu’en 2014, ayant pour but de créer un gigantesque bot capable de fliquer tous les forums, blogs, sites… bien entendu, là encore pour une raison « louable » : lutter contre le terrorisme. Le voilà, le vrai Big Brother…

1984 was NOT supposed to be an instruction manual

Lire la suite

La Fine Équipe – La Boulangerie

Si vous aussi avez été séduit par les beats hip-hop, les sons old-school et les titres gourmands de La Fine Équipe – La Boulangerie (volume 1), mais que vous ne savez pas où l’acheter : c’est normal !

La Fine Équipe - La Boulangerie

L’album est sorti en 2008, et quasiment introuvable : plus en stock à la Fnac, rien sur eBay ou Le Bon Coin, aucune occurrence sur Google… Même pas en téléchargement torrent ! Il est bien dispo sur iTunes, mais pour les réfractaires d’Apple comme moi… impossible.

N’aie crainte, ami pirate, car je vais te montrer comment télécharger ce superbe album tout en rémunérant les artistes. Je vais même te redonner foi en l’achat légal de musique en ligne.

Voilà le Saint-Graal, la page où vous pourrez télécharger les deux albums de La Fine Équipe, sur… Virgin Mega. Oui, ça m’a surpris aussi, car ce n’est pas l’endroit où j’ai l’habitude de faire mes emplètes. Et pourtant, j’y retournerai souvent (en commençant par télécharger La Boulangerie 2).

Pourquoi ? Car le processus d’achat est ultra simple ! C’est déjà pas cher : moins de 7€ pour plus de 30 titres. Je ne sais pas qui je dois remercier, Virgin ou La Fine Équipe, mais en tous cas, bien joué les gars, c’est pas du vol, pour une fois. J’aurais même limite monté le prix à 10€… Une fois le paiement effectué, on arrive sur une page qui nous permet de télécharger tous les titres :

Virgin Mega - Livraison de commande

La musique téléchargée est (je cite) :

  • Le fichier téléchargé reste-t-il sur mon ordinateur sans limite de temps ? Oui
  • Le fichier peut-il être gravé sur un CD ? Oui
  • Combien de fois le fichier peut-il être gravé ? Illimité
  • Le fichier peut-il être transféré sur un baladeur numérique compatible MP3 ? Oui
  • Combien de fois le fichier peut-il être transféré ? Illimité

Le téléchargement est ultra-rapide (en deux minutes, j’avais les 37 titres de l’album), les MP3 sont d’excellente qualité audio (320 kbps) et correctement taggés (tags IDv3).

Pas cher, de bonne qualité, pas bridé : c’est tout ce qu’on demande. Si toutes les majors se mettaient ça dans le crâne, peut-être qu’il y aurait moins de piratage de tous les côtés…

Lire la suite

Video Game High School, l’école des jeux vidéo – Épisode 1

Video Game High School (ou VGHS) est une mini web-série comique d’action, dont le sujet principal est, sans surprise, une école de jeux vidéo. Elle met en scène des acteurs pas mal connus, tels que Zachary Levi (Chuck), Johanna Brady (la belle Jordan dans la série Greek) ou Harley Morenstein (le dingo de Epic Meal Time), et est réalisé entre autres par Freddie Wong. Voilà le résumé… alléchant !

Dans un futur proche : vous êtes mort. Vos enfants sont probablement morts. Vos petits-enfants (s’ils sont vivants) jouent aux jeux vidéo. Pourquoi ? Parce que le professional gaming est le plus important sport de la planète.

Partout dans le monde, des millions de joueurs participent à des combats, des jeux de stratégie, des FPS, et bien plus. Les vainqueurs récoltent les lauriers : la gloire, des recrutements dans des clans, et des contratsà un million de dollars. Les meilleurs sont recrutés par des écoles d’élite pour affiner leurs compétences. La crème de la crème va à la VGHS, la Video Game High School.

La série suit Brian, un jeune joueur de FPS coincé dans uen ville où il n’a pas sa place. Sa chance tourne lorsqu’il sort vainqueur d’une partie contre le meilleur joueur, un ancien de VGHS : « The Law ».

Brian est alors propulsé sur la scène nationale, et invité dans les couloirs de VGHS. Ses compétences seront testées, alors qu’il tentera de s’intégrer avec les meilleurs joueurs. Sur le chemin, il se fera des amis invraisemblables, tombera amoureux de la cador des FPS anti-absurdités, Jenny Matrix, et affronbtera de puissants ennemis, notamment The Law, qui a juré la mort de Brian.

Les rêves de Brian s’achèveront-ils avant d’avoir commencé ? Ou réussira-t-il à devenir le joueur qu’il est destiné à devenir ?

La série a été intégralement sponsorisée par des dons de fans sur la plateforme Kick Starter. Les réalisateurs demandaient 75000$, les fans leur ont donné… 273 725$ ! C’est dire l’engouement pour la série outre-atlantique (et, espérons-le, en France également).

Et si vous voulez plus d’info, visitez le site de Rocket Jump, le groupe qui réalise cette mini série. Cette mini web-série se compose de 9 épisodes de 10 minutes environ.

Video Game High School – Épisode 1

Lire la suite

La vente de DVD chute : étonnant ?

J’ai lu ce matin que la vente de DVD était toujours en chute libre… Mais qui cela étonne-t-il vraiment ? C’est quand même incroyable que les majors ne comprennent toujours pas que si l’offre légale était de meilleure qualité, le piratage diminuerait !

Comme l’explique très bien l’image ci-dessous, lorsque l’on est honnête (et que l’on achète un DVD), on doit se farcir des tonnes de pubs, trailers, messages anti-piratage, naviguer dans les menus, etc… Tandis que lorsque l’on pirate un film, on double-clique juste sur un fichier, et le film se lance. Et l’industrie américaine du cinéma veut aller encore plus loin en rajoutant des messages anti-piratage au début des DVD. Quel délire !

Les pirates vs. les honnêtes acheteurs

Comme l’explique très bien Guillaume Champeau, il est possible de concurrencer la gratuité du piratage par une offre légale de meilleure qualité : pas de pub, médias transférables et déverrouillés, codecs de qualité, etc… C’est le syndrome du steack-frites. Ça ne coûte que 3-4 euros à faire chez soi, pourtant, on en a tous commandé au moins une fois au restaurant, environ 6-8€…

Lire la suite