Skip to main content

La traduction dans les jeux vidéo et les séries

J’ai lu un article très intéressant et très bien écrit sur le Journal du Gamer il y a quelques jours : Pourquoi les jeux vidéo sont-ils mal traduits, une véritable mise en lumière de cette étape très méconnue du développement d’un jeu vidéo qu’est la localisation.

Extrait du jeu Zero Wing sur MegaDrive
L’exemple le plus frappant de mauvaise traduction : Zero Wing

J’ai surtout retenu quelques passages intéressants :

Traduire, ça a l’air simple. Tous ceux qui parlent un peu anglais, voire japonais, pensent qu’ils sont capables de traduire n’importe quoi, sous prétexte qu’ils savent que weapon veut dire « arme » et que beach volley, ça veut dire « beach volley » (…) En bref, comprendre et traduire sont deux exercices tout à fait différents. L’un demande une maîtrise de la langue-source (…) l’autre demande à la fois la maîtrise de la langue source et de la langue-cible (dans notre cas, le français). En gros, si on sait mal écrire le français et qu’on n’a pas de vocabulaire, on peut comprendre mais on ne peut pas traduire. Ici, le mot important est « maîtrise ».

Finalement, c’est un peu le même problème auquel on a affaire pour la traduction de sous-titres amateur (fansub). Nous traduisons avec la Giggity Team les sous-titres de plusieurs séries, notamment Weeds cet été. Nous tâchons de nous appliquer et d’adapter correctement les paroles des personnages ; malheureusement, nous ne rencontrons pas la même qualité et la même volonté de bien faire sur les traductions du fastsub que l’on peut avoir sur Addic7ed

Traduction Addic7ed (fastsub)

– oh, salut Silas. tu aime le sport d’entassement ?
– C’est quoi ce bordel ?
– tu veux essayer un cycle?
– Je t’ai cherché pendant trois semaines.
– J’ai fait enregistrer les bagages fermement.
– Ouais j’ai eu ça.
– Maintenant, casse noisettes, t’as voler mes plants.
– Et c’est totalement ma faute.

Notre traduction (fansub)

– T’aimes les sports d’empilage ?
– Putain…
– Tu veux essayer ?
– Je te cherche depuis trois semaines.
– Je l’ai annoncé sur Foursquare.
– J’ai compris ça maintenant, taré.
– T’as volé mes plants.
– Et j’assume complètement.

Extrait des sous-titres de Weeds 8×06, « Allosaurus Crush Castle »

There are things you can't understand
Effectivement…

Erreurs de conjugaison, orthographe, typographie. Plus grave encore : contre-sens, mauvaise adaptation et niveau de langue, manque de vocabulaire. L’exemple est flagrant, et il suffit de se rendre sur Addic7ed pour en débusquer d’autres, et pas uniquement sur cette série.

Pourquoi alors, certaines personnes se réunissent pour faire rapidement du mauvais travail, gâchant ainsi la compréhension et le plaisir des spectateurs, alors que des équipes de qualité existent déjà ? Comme souvent, la raison est : l’argent.

Car une fois que les sous-titres sont faits, ils sont rapidement encodés à la vidéo pour quelle-ci soit diffusée sur des sites de streaming, tels que dpStream. Sur ce genre de sites, les vidéos sont hébergées sur des plateformes rémunératrices de contenu, ou qui demandent un abonnement payant. L’internaute naïf se retrouve alors devant deux choix pour voir sa vidéo :

  • acheter un abonnement pour l’hébergeur du site de streaming
  • acheter un abonnement à un débrideur

Sans compter qu’au passage, il aura généré des visites sur la page du site de streaming, qui aura pris soin de disposer de nombreux bandeaux de pub, pop-ups et pop-unders, afin de récolter éventuellement quelques clics en plus. C’est aussi simple que ça : quoi qu’il fasse, l’internaute qui passe par ce système profitera aux créateurs du site de streaming, de l’hébergeur de la vidéo, et du plugin de débridage. Soit en somme, trois acteurs qui n’ont nullement contribué à la création de la série, et sans laquelle ils n’existeraient pas.

N’est-ce pas plutôt là, le vrai mal auquel la soit-disante « Hadopi » devrait s’attaquer ?

En tous cas, d’autres solutions existent : télécharger la vidéo et les sous-titres séparément, regarder la vidéo en streaming sur des sites qui n’abusent pas de la pub, avec des hébergeurs vidéo entièrement gratuits tels que RuTube, utiliser un bloqueur de pubs comme AdBlock… Il n’y a en revanche aucune solution contre la cupidité exacerbée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.